Accueil Revue SCC
03/01/2017

.

LA CYNOPHILIE EN DEUIL


C’est avec tristesse que nous avons appris ce 3 janvier 2017 le décès de notre Président Christian EYMAR-DAUPHIN, dans sa 67ème année.

Il s’en est allé, sans bruit et avec panache, comme seuls les grands hommes savent le faire. Il souffrait de cette maladie qui le rongeait depuis longtemps, mais contre laquelle il se battait pour toujours avoir le dessus et avancer, quoi qu’il arrive.


La cynophilie française est en deuil. Un deuil qui va également bien au-delà de nos frontières. Car Christian était un sage avant tout, un pragmatique, qui avait accepté la lourde charge de présider notre maison depuis 2011, en succédant à Gérard Artus. Une maison qu’il connaissait bien après avoir été élu au comité dès  1994 où il contribua à plusieurs commissions majeures de notre fédération.

De par ses fonctions, il était amené à rencontrer régulièrement ses homologues étrangers qui ont très vite compris, que Christian allait donner une impulsion majeure à notre cynophilie. Il était par-dessus tout très sensible aux idées neuves, à l’innovation, aux nouveaux outils de communication et souhaitait que notre cynophilie entre très clairement dans une période tournée vers la communication, le dynamisme et la modernité.
Ostéopathe de formation, il avait réussi à concilier une vie professionnelle intense avec une passion cynophile exacerbée. Par-dessus tout, il aimait le chien, pardon, tous les chiens, même s’il avouait un petit faible pour « sa race » de prédilection, le Drahthaar, un chien de chasse à poil raide, polyvalent et sûr.
Si  ses fonctions de président l’accaparaient, il demeurait également le « patron » d’une équipe de bénévoles, au sein de la Canine du Bourbonnais. Une équipe qui se sent orpheline aujourd’hui…
Juger en exposition était pour lui un souhait quasi hebdomadaire, qu’il accomplissait avec brio, que ce soit en France où à l’étranger.
L’humain n’était pas oublié chez Christian. Sa tolérance, ses capacités d’écoute, son désir de trouver une solution adéquate, sa sagesse dans les échanges « toniques », sa vision de l’avenir de notre maison plus que Centenaire, nous révèlent une chose : son œuvre marquera l’histoire de la Centrale Canine de manière indélébile.
Comme l’écrivait Maya Angelou, Poétesse, écrivaine et actrice américaine  « Une grande âme sert tout le monde tout le temps. Une grande âme ne meurt jamais. Elle nous rassemble encore et encore ». Et Christian continuera de tous nous rassembler autour de cette passion qui l’anima la plus grande partie de sa vie.  Que dire de son parcours sinon qu’il fut exemplaire.
Les memebres du Comité et le personnel de la Centrale Canine présentent à sa femme Nicole, à sa famille et tous ses proches, leurs plus sincères condoléances.
 

Les obsèques ont eu lieu le vendredi 6 janvier, à 10 heures, en l'église de Dompierre-sur-Besbre (03).
L'inhumation a suivi au cimetière de Charantonnay (38).

 

« J’ai été très touchée de lire les innombrables messages de condoléances et de soutien suite au décès de Christian, le 3 janvier dernier.
 Aucun mot ne pourra jamais exprimer toute ma reconnaissance pour le soutien que vous m'avez apporté. Je vous en suis profondément reconnaissante
et vous remercie de tout cœur ».

Nicole EYMAR-DAUPHIN